Historique


La toute première greffe de cheveux pratiquée par un dermatologue japonais dans les années 1880 fut la première étape dans l’évolution fulgurante de cette technique. Dans les années 1990, une seconde étape sera franchie. De petites, les zones traitées deviennent grandes. Depuis, on ne parle plus de cheveux mais d’unité folliculaire. Le patient se voit doté d’une pilosité harmonieuse, naturelle et confortable. D’une technique, la macrogreffe, que l’on peut de nos jours qualifiée de « grossière », nous sommes passés à la microgreffe, une technique spécifique qui restaure la chevelure de façon naturelle et définitive.

La macrogreffe qui consistait à extraire jusqu’à une quinzaine de bulbes pour les transplanter, menait souvent à désertifier une zone pour n’obtenir qu’un effet assez « gazon » artificiel sur une autre zone. La technique de la microgreffe, plus complexe pour le praticien, est un véritable miracle pour le patient. Son bien-être est total et l’aboutissement s’apparente, ni plus ni moins, à une réussite esthétique de premier ordre.